Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Bienvenue sur le site de Françoise Buire, iconographe orthodoxe à Vézelay (Atelier à son domicile)

Icônes et leurs commentaires

Le lavement des pieds

Le lavement des pieds

Cette icône fait partie de la série des icônes de la passion, c’est l’icône du Jeudi Saint. Il faudrait pouvoir retranscrire ici tout le passage de l’Evangile de Jean (XIII, 1-20) qui raconte la scène.
Jésus , avant de s’exprimer comme nous le relatent les chapitres suivants, avant de délivrer son dernier message, fait ici un geste très symbolique et très fort afin de marquer l’esprit de ses disciples.
Il leur lave les pieds, tel un esclave, car à cette époque, seuls les esclaves (non-juifs !) pouvaient laver les pieds de leur maître.
Pierre en est tellement choqué qu’il refuse, mais le Christ insiste et lui dit que s’il n’accepte pas il ne pourra "avoir part" avec lui. Autrement dit qu’il ne pourra, comme lui, passer de la souffrance à la la gloire. Toujours aussi impulsif Pierre s’écrie : "alors dans ce cas même les mains et la tête". Ce qui explique son geste.
Ce lavement des pieds outre qu’il est un geste symbolique (les pieds représentent ce qu’il y a de plus bas dans l’homme et Jésus s’abaisse donc jusqu’à ce "plus bas" pour le purifier) est aussi un enseignement, une injonction même : "lavez vous les pieds les uns aux autres ! ".
Ne jugez ni ne rejetez ce qu’il y a de plus bas, le plus vil, le plus "mauvais" chez votre prochain, mais aidez-le plutôt à le purifier, à le transformer...
Alors qu’à l’accoutumée, le Christ est toujours représenté avec sa robe pourpre et son manteau bleu, il en est ici comme dépouillé, pour souligner sa kénose (son dépouillement, son abaissement).
L’importance donnée à la table dressée sur un noir total, son espace vide, souligne précisément le dépouillement de la scène et son message ; elle évoque aussi l’autel de l’holocauste.
La bassine qu’utilise le Christ est la réplique d’un baptistère, ce qui évoque d’emblée le rite de purification du baptême et son symbolisme chrétien : l’enfouissement dans la mort du Christ pour ressusciter avec Lui.
Tout indique les prémices de la descente dans la mort, mais le fond lumineux annonce l’aurore de la Résurrection qui vient.

Sur bois de mélèze.

Dimensions : 250mm x 300mm