Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Bienvenue sur le site de Françoise Buire, iconographe orthodoxe à Vézelay (Atelier à son domicile)

Présentation de l’iconographe

Je suis née et j’ai vécu à Paris, puis en Banlieue parisienne avant de m’installer à Vézelay avec mon époux, où nous vivons depuis 24 ans.

Je suis mère de deux enfants et grand-mère de cinq petits-enfants.

Issue d’une longue lignée de coloristes champenois - les Buire -, j’étais sans doute destinée à la peinture. De fait, c’est très jeune que j’ai décidé de m’y consacrer et après des études artistiques à l’Académie Charpentier, où je me préparais à entrer aux Arts Décoratifs de Paris, ma vie a été "retournée" par ma conversion, d’abord, puis par la rencontre avec les orthodoxes de Paris.
En devenant orthodoxe en 1968 j’ai bien sûr découvert les icônes et je suis devenue l’ élève de Léonide Ouspensky*.
Devenue membre de la paroisse française de la cathédrale St Alexandre Nevsky de Paris et tout en continuant l’apprentissage de l’iconographie, j’ai créé, à la demande du père Boris Bobrinskoy, le premier groupe de catéchèse en français pour les enfants et je l’ai animé pendant quelques années. Cet engagement m’a conduite à suivre les cours de formation pour catéchistes que donnait à l’époque le père Cyril Argentis, à l’Institut de théologie St Serge de Paris.

Par la suite, j’ai assuré la catéchèse des enfants de la paroisse St Séraphim de Sarov de Gagny ( Seine St Denis). Le fait de vivre et d’exposer mes icônes dans ce département dont les habitants sont particulièrement confrontés à des difficultés de vie et dont beaucoup ignorent tout de Dieu a été pour moi l’occasion de découvrir à quel point un art sacré, quand il est resté fidèle à la Tradition, quand il est "intact" et donc vrai, authentique, touche absolument tout le monde. Du moins n’importe quelle personne qui prend le temps de s’arrêter, de regarder. Et comme le disait Leonide Ouspensky, si l’on regarde une icône, c’est réciproque : l’icône aussi vous regarde.
Devant l’icône chacun ressent, même sans en prendre conscience, même sans le formuler, qu’il est plus qu’un être humain, qu’il porte en lui le germe divin.

Aujourd’hui, à Vézelay, je suis dans l’antichambre du Paradis car le lieu est plus que beau, il est sublime et il faut bien reconnaître que cela aide pour peindre des icônes !
De plus la petite chapelle de la paroisse orthodoxe St Etienne et St Germain d’Auxerre, située non loin de la basilique de Vézelay, me permet d’avoir une vie liturgique régulière. La liturgie orthodoxe est une vraie nourriture pour l’âme, qui se reçoit par les sens : les chants que l’on écoute, les icônes que l’on regarde et que l’on embrasse, les parfums des encens, accompagnent la dégustation du "breuvage nouveau".
"Grâce et bonheur m’accompagnent tous les jours de ma vie".

Je reçois dans mon atelier toute personne désireuse de contempler ou de se documenter sur les icônes. (voir mes coordonnées dans "contact").

* Léonide Ouspensky est un célèbre iconographe et iconologue orthodoxe, né en Russie 1902 et décédé à Paris en 1987.